Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Choix éclairés ?

Choix éclairés ?

Je voulais vous faire la suite sur les couches lavables aujourd'hui. Mais j'ai pris connaissance d'une pétition qui, à mon avis, est primordiale.

Cela concerne l'allaitement. Vaste débat s'il en est un plus que tout autre dans le monde de la parentalité. On nous rabâche sans cesse que le lait maternel est le meilleur aliment, que l'allaitement est la meilleure chose que nous puissions faire pour nos bébé, etc. C'est vrai. Allaiter est une chose merveilleuse et le lait que produit une mère est forcément le mieux adapté pour son enfant (si elle ne consomme ni alcool, ni drogue cela va de soi). MAIS quid de l'accompagnement et de l'information ? Parce que mine de rien, c'est bien beau de faire la promotion de l'allaitement via des discours moralisateurs, mais quelle aide est-elle prodiguée aux femmes ?

Je ne parlerai pas ici des femmes qui ont choisi de ne pas allaiter. Je pense (espère) que leur choix a été éclairé par des vérités et pas des mythes qui ont la vie dure (sein déformé, douleurs). Mais là n’est pas le débat, lait artificiel ou lait maternel, ce choix ne regarde que les parents.

Par contre je suis atterrée par le nombre de femmes qui ont cessé d’allaiter à cause de mauvais conseils ou en l’absence d’aide. Certaines le vivent très bien, d’autres culpabilisent. Prenons un exemple très classique : les crevasses. Une mauvaise position du bébé, une mauvaise mise au sein peut provoquer des crevasses trèèèès douloureuses. Dans notre société, allaiter n’est pas innée. Ce problème de crevasses est donc souvent vécu comme une fatalité et les femmes cessent d’allaiter. Et c’est compréhensible, ca fait très mal une crevasse. Mais il existe des solutions ! Il suffit souvent de remettre l’enfant dans une position correcte, de vérifier son frein de langue, de traiter la candidose qui est l’origine de la plaie, etc. Et comment ces mamans le sauraient-elles, si elles ne se sont pas renseignées par elles-mêmes ? Surtout si l’entourage en rajoute avec des réconforts du style « bah, tu as déjà allaité 3 jours c’est déjà bien ! ». Cet exemple peut s’étendre aux pics de croissance (le bébé tète sans arrêt pendant plusieurs jours laissant la maman penser qu’elle n’a plus de lait ou qu’il n’est pas assez nourrissant, ce qui est faux archi-faux !) et à tous les petits ou grand tracas de l’allaitement.

Concrètement que se passe-t-il ? La maman souhaite allaiter. Elle se heurte à des soucis et n’obtient pas l’aide nécessaire. Elle culpabilise à l’idée de ne pas pouvoir donner le meilleur à son enfant. Elle se force à allaiter (ou pas) et finit par sevrer l’enfant, à contre-coeur ou avec soulagement (je peux comprendre le soulagement d’une maman qui a souffert de crevasses, croyez moi !). Certaines le vivront bien. D’autres le regretteront. Certaines culpabiliseront, voir tomberont en dépression post-partum dans le pire des cas.

Pourtant, il existe des solutions ! Comme le dit la sage-femme qui m’a suivi, conseillé, soutenue et qui m’a tant apportée pendant ma grossesse : « Si un professionnel de santé vous dit que vous devez cesser l’allaitement, demandez un autre avis. A part de graves problèmes de santé, il n'y a aucune raison pour qu’on vous pousse à cesser d’allaiter. »

A ce jour, je crois que la majorité des intervenants de santé ne connaissent malheureusement pas grand chose en allaitement et dispensent des idées souvent fausses et conduisent les mamans vers le sevrage, mamans qui sont perdues et veulent le meilleur pour leur bout de chou. Tant que ce personnel ne sera pas formé correctement, promouvoir l’allaitement maternel n’aura qu’un impact limité, discours plus moralisateur et culpabilisateur que réellement efficace.

Ainsi, si vous partagez mon avis, je vous invite à signer cette pétition : http://www.mesopinions.com/petition/sante/droit-soutien-allaitement-maternel/9662 Parce qu’en dehors du débat biberon/sein, le plus important reste, à mon avis, d’avoir le choix de nourrir notre enfant comme on le souhaite en fonction de nos convictions.

 

 

Je tiens à préciser que si le personnel de santé est souvent en manque d’informations au sujet de l’allaitement, il existe de nombreuses associations d’aide à l’allaitement qui peuvent aider les mères dans leur projet. Même si leurs paroles n’ont pas autant de force que celles d’un pédiatre ou d’un médecin auprès des parents, elles sont là, elles existent et elles sont un énorme soutien et une source d’informations importante.

Jess 21/03/2013 16:57

Personnellement je voulais allaiter mais après les crevasses je n'ai pas eut le courage de continuer. J'en venais a ne plus nourrir ma fille car j'avais trop mal... J'étais aussi très stressée car je pensais tout le temps qu'elle n'avait pas assez mangé. J'ai tenu 3 jours, c'est pas glorieux ! Pour mon deuxième j'essaierais avec plus de conviction et j’appellerais mes copines à la rescousse si je n'y arrive pas !! Je pense que ce qui n'allait pas c'est que Savanah était mal positionnée et du coup faisait claquer sa langue, ce qui fait un mal de chien !

Mamounette 21/03/2013 17:48

Oui les crevasses viennent d'une mauvaise position du bébé. Si tu as des bébés allaités autour de toi, regarde leur position, la façon dont se positionne la bouche. Et n'hésite pas à faire appel à des associations d'aide à l'allaitement telle que la leche league si le personnel soignant ne sait pas t'aider pour le prochain.

Cindy 07/03/2013 23:06

C'est vrai qu'on est pas très aidé en matière d'allaitement, beaucoup de personnel médical ne s'y connait pas et les idées reçues ont la vie dure. Ce qui est encore plus compliqué, c'est de gérer les conseils (bons comme mauvais) de notre entourage...
Pour Fanny j'ai souffert d'énormes crevasses la première semaine et malgré les douleurs j'ai persisté et je ne regrette absolument pas.
Ensuite moi je ne suis pas pro allaitement, 6 mois maximum me suffisait mais je n'ai pu allaité Lola que 4 mois. Elle ne prenait pas de poids et personne n'a su me dire. J'ai un peu culpabilisé les premiers jours mais finalement ça m'a rassuré de la voir grossir avec le biberon ensuite donc je m'en sors pas trop mal.

J'ai signé la pétition

Chloé 07/03/2013 21:18

Alors oui, moi je suis d'accord avec toi, c'est important de pouvoir être soutenue quand on rencontre une difficulté, de savoir qui interpeller si besoin, et si possible que ce soit par un professionnel ! Mais je ne suis pas sûre qu'il faille être hyper renseignée avant... Moi j'ai allaité "au feeling", ça l'a fait, c'est cool, j'ai appris au fur et à mesure. Je pense que si je m'étais beaucoup renseignée avant, notamment auprès des associations d'aide à l'allaitement, j'aurais fuit en fait ! L'allaitement oui, mais le cododo pas pour moi, l'allaitement jusqu'à 2-3 ans, pas pour moi non plus, et malheureusement les associations d'aide à l'allaitement prônent un peu tout cela en même temps... Pétition signée :-) !